Accueil
Achoura, fête de l'enfance, de la famille et des traditions
Il y a toujours une bonne raison de faire la fête
 

Le Maroc célèbre, chaque année et au jour du 10 Moharram, l'Achoura ; une fête qui est perçue, depuis des siècles, comme celle de l'enfance.

Cette manifestation revêt une signification spirituelle et sociale indéniable. C'est aussi un jour de partage et de charité. Au cours de cette journée, en effet, les enfants donnent libre cours à leur joie.

A cette fête se sont greffées des traditions telles que la visite des cimetières, la distribution des friandises et de nombreuses pratiques à caractère carnavalesque : feux rituels, aspersion d'eau des passants, etc.

La tradition veut aussi que l'on offre des jouets aux enfants. Un rituel peut accompagner la fête : les familles se régalent d'un couscous au "gueddid" (viande séchée de Aïd El Kébir).

et surtout la presence d'une personne tres attendue par les enfants c'est BABA AÏCHOUR, le personnage qui est sorti d'une vieille légende populaire. il entend reprendre ce qui lui appartient : le rôle du"père Noël des Marocains".

Un personnage sorti du fin fond de la mémoire populaire, mi-réel, mi- imaginaire, une sorte de père Noël version marocaine. La coutume séculaire veut que tous les ans, à la veille de Achoura, son apparition ouvre les festivités. Autour de la chouala (feu de camp), il réunit les enfants, leur raconte les vieilles histoires d'usage à cette occasion, leur offre friandises et cadeaux et les invite à chanter pour lui. Mais Baba Aïchour avait disparu depuis près d'un siècle et on commence actuellement à le sortir de l'oubli, de le dépoussiérer, de le lifter et de le remettre sur le marché de la culture populaire.

 

Les familles achètent des noix, des amandes et des dattes et font brûler de l'encens tout au long de leurs veillées.

Cette coutume a, cependant, tendance à disparaître progressivement ; la plupart des parents se contentant d'acheter des jouets à leurs enfants.

Jadis, les "derboukas", "bendirs" et "taârijas" étaient les seuls jouets offerts en l'occasion . Aujourd'hui , ce sont plutôt les pistolets à eau, les poupées, les pétards et les jeux vidéo qui remportent le plus de succès.

Le lendemain de l'Achoura, c'est "Zem-Zem". Les enfants y disposent d'une totale liberté pour asperger voisins, amis et passants. Garçons et filles, dont l'âge n'excède pas 12 ans, trottent dans les rues à la recherche d'une proie ou d'un point d'eau pour s'approvisionner.

Pistolets à eau, bombes à eau, sacs et ballons de plastique, seaux ... tous les récipients sont mobilisés pour l'événement. Les pétards sont également de la partie. Le soir, la fête continue avec la "chouâla" (feu rituel). Ailleurs, dans le monde chiite, l'Achoura est le jour anniversaire du martyre du second et dernier fils de l'Imam Ali, Sidna Al Hosseïn.

En ces pays, la célébration de l'Achoura donne lieu à des représentations théâtrales (les tazieh) et à des cérémonies expiatoires (flagellation, etc.)."